François Stahly

Index des œuvres

Grande Figure Feminine

Grande Figure Feminine

1932

H. env. 100 cm

Portrait de Lilette

Portrait de Lilette

1933 - Sculpture

Venus Paysanne

Venus Paysanne

1934 - Sculpture

43 x 18 x 16 cm Meudon, Musée d’Art et d’Histoire

Jeune Fille Debout

Jeune Fille Debout

1936

Dimensions inconnues

La Fleur

La Fleur

1938 - Sculpture

Dimensions inconnues

Le Doigt

Le Doigt

1938 – 1942 - Sculpture

25 x 18 x 6 cm

Les Trois Bourgeons

Les Trois Bourgeons

1939 - Sculpture

17 x 17 x 9 cm Collection de l’artiste

Venus Hottentote

Venus Hottentote

1941-1942 - Sculpture

25 x 11 x 8 cm Collection Yvonne Thomas, New-York

Les Pousses

Les Pousses

1941-1945 - Sculpture

98 x 22 x 10 cm Collection Paul Breton

Charny ou La Reine

Charny ou La Reine

1942 - Sculpture

Collection Angela Mermet

La Terre

La Terre

1942 - 1943 - Sculpture

16 x 12 x 12,5 cm Collection Suzanne Curtil

Les Trois Doigts

Les Trois Doigts

1942-1943 - Sculpture

Dimensions inconnues Musée de Bâle donation Marguerite Arp-Hagenbach

Portrait de Claude Stahly

Portrait de Claude Stahly

1943 - Sculpture

30 x 25 x 25 cm Collection de l’artiste

Tombe d’un nouveau né

Tombe d’un nouveau né

1943 - 1947 - Sculpture

50 x 30 x 24 cm Collection particulière

Paysage « Les Montagnes »

Paysage « Les Montagnes »

1945 - Sculpture

45 x 67 x 45 cm

Métamorphose

Métamorphose

1945 - 1946 - Sculpture

170 x 40 x 50 cm Collection particulière

Banyan

Banyan

1945 - 1946 - Sculpture

68 x 43 x 33 cm Collection particulière

Bougeoir Monumental

Bougeoir Monumental

1946 - 1947 - Sculpture

Dimensions inconnues Monastère des Trappistes de Bricquebec

L’Ange

L’Ange

1946 - 1949 - Sculpture

260 x 70 x 35 cm Le Havre, musée d'art moderne André Malraux, dépôt du CNAP

Coquille

Coquille

1946 - 1966 - Sculpture

80 x 130 x 90 cm Collection Bernard Zerhfuss

Coquille – petite version

Coquille – petite version

1946 - 1966 - Sculpture

40 x 65 x 45 cm Collection Etat français (F.N.A.C.)

Porte du Tabernacle

Porte du Tabernacle

1946 – 1947 - Monument

Dimensions inconnues Eglise du Couvent des Trappistes de Bricquebec

Chateau de Larmes

Chateau de Larmes

1947 - 1953 - Sculpture

105 x 45 x 43 cm Musée National d'Art Moderne - MNAM Paris

Crucifix

Crucifix

1948 - Sculpture

14 x 9 x 8 cm Collection particulière

Kito – première version

Kito – première version

1948 - 1950 - Sculpture

18 x 21 x 16 cm Collection particulière

Le Coeur

Le Coeur

1950 - Sculpture

30 x 40 x 30 cm Collection particulière

La Mouette

La Mouette

1952 - Sculpture

36 x 78 x 49 cm Collection Denys Chevalier

Etude pour un Vitrail Relief

Etude pour un Vitrail Relief

1952 - Relief

90 x 210 x 20 cm

Vitrail Relief de Baccarat

Vitrail Relief de Baccarat

1952 - 1956 - Monument

1,60 x 36 m (2 fois) L’église Saint-Rémy de Baccarat

Projet de Monument pour le Prisonnier Politique Inconnu

Projet de Monument pour le Prisonnier Politique Inconnu

1952 – 1953 - Sculpture

50 x 20 x 20 cm

Hommage à Rimbaud

Hommage à Rimbaud

1953 - Sculpture

50 x 80 x 30 cm Collection Bernadi fils, Cherbourg

Le Serpent de Feu

Le Serpent de Feu

1953 - Sculpture

110 x 235 x 45 cm Musée d’Art et d’Histoire de la Ville de Meudon

Pietà

Pietà

1953 - Sculpture

97 x 30 x 16 cm FRAC Ile de France

Croissance

Croissance

1953 - Sculpture

125 x 65 x 60 cm Collection Jean-François Jaeger

Rosace de l’église de la Vallée au Blé

Rosace de l’église de la Vallée au Blé

1953 - 1954 - Monument

Diamètre : 250 cm Église de la Vallée au Bled

Les Ailes

Les Ailes

1953 - 1958 - Sculpture

102 x 80 x 77 cm Collection Particulière

Croissance, marbre

Croissance, marbre

1953 - 1963 - Sculpture

190 x 110 x 100 cm Musée d’Art moderne de la Ville de Paris

Croissance, bronze

Croissance, bronze

1953 - 1963 - Sculpture

125 x 65 x 60 cm Tate Gallery, Londres

Eclosion

Eclosion

1953 - 1966 - Sculpture

220 x 30 x 40 cm Collection Paul Facchetti

Façade pour le Pavillon Paris Match

Façade pour le Pavillon Paris Match

1955 - Monument

Hauteur : 400 cm Exposition de l’habitation du Salon des Arts Ménagers de 1955

Rose des vents

Rose des vents

1955 - Sculpture

100 x 48 x 40 cm Collection Willi Blatmann, Zurich

L’Apocalypse

L’Apocalypse

1955 - Relief

13 x 19 cm Collection particulière, New-York

Bénitier

Bénitier

1955 - 1958 - Sculpture

Exposition universelle de Bruxelles

Le cadran solaire

Le cadran solaire

1955 - 1959 - Relief

226 x 600 cm Atelier de Meudon

Signal

Signal

1955 - 1960 - Monument

Hauteur : 25 m Autoroute du Sud en sortant de Paris

Chaines d’eau

Chaines d’eau

1955 - 1960

450 x 15 x 15 cm (5 chaînes) Collection particulière

Flèche d’Alger

Flèche d’Alger

1955 - 1960 - Monument

14 m Projet de flèche pour la Basilique du Sacré-Cœur d’Alger

Flèche de Bizerte

Flèche de Bizerte

1955 - 1960 - Monument

Hauteur prévue de la flèche en bronze : 15 m Projet de flèche pour le clocher de l’eglise Notre Dame de France à Bizerte

Relief éclairage, Salle Pleyel

Relief éclairage, Salle Pleyel

1956 - 1958 - Relief

Dimensions inconnues Salle Pleyel, Paris

Mur transparent pour l’atelier de Meudon

Mur transparent pour l’atelier de Meudon

1956 - 1960 - Relief

Atelier de Meudon

Fontaine d’Asnières

Fontaine d’Asnières

1956 - 1960 - Fontaine

Hauteur : 110 cm – Longueur : 250 cm Musée de Meudon

Les Oiseaux

Les Oiseaux

1957 - Sculpture

190 x 90 x 80 cm Collection Michel Meyer

Colonne

Colonne

1957 - 1958 - Monument

Dimensions inconnues Ville de Seattle

Combat d’oiseaux

Combat d’oiseaux

1957 - 1959 - Sculpture

70 x 150 x 65 cm Musée d'art et d'histoire de Meudon

Porte

Porte

1957 - 1960 - Relief

210 x 144 x 25 cm Musée d'art et d'histoire de Meudon

Le Nouveau-né

Le Nouveau-né

1957 – 1965 - Sculpture

35 x 70 x 30 cm Collection particulière

Plafond et Mur Relief de la Chapelle du Saint-Sacrement

Plafond et Mur Relief de la Chapelle du Saint-Sacrement

1958 - Monument

Diamètre : 18 m, Profondeur des reliefs : 25 cm avec des saillies de 200 cm Pavillon du Vatican à l’Exposition Universelle de Bruxelles 1958

Flèche « Hommage à Brancusi »

Flèche « Hommage à Brancusi »

1958 - Monument

H. : 350 x 20 x 20 cm (hauteur prévue : 50 m en acier inoxydable) Collection particulière

Trois sièges

Trois sièges

1958 - Sculpture

140 x 70 x 60 cm Collection Elie de Rothschild

Venus Hottentote, grande version

Venus Hottentote, grande version

1958 - Sculpture

100 x 50 x 55 cm Collection de l’artiste

Venus maternité

Venus maternité

1958 - 1966 - Sculpture

118 x 56 x 40 cm Collection de l’artiste

Venus maternité (grande version)

Venus maternité (grande version)

1958 - 1966 - Sculpture

145 x 58 x 55 cm Collection de l’artiste

Soleil

Soleil

1958 - 1966 - Sculpture

170 x 120 x 40 cm Musée Henraux, Querceta (Italie)

Le nouveau-né géant

Le nouveau-né géant

1958 - 1966 - Sculpture

40 x 102 x 50 cm Collection particulière

Ruosina

Ruosina

1958 - 1966 - Sculpture

40 x 102 x 50 cm

Ruosina, marbre

Ruosina, marbre

1958 - 1966 - Sculpture

40 x 102 x 50 cm Collection particulière

La main solaire

La main solaire

1958 - 1970 - Sculpture

225 x 72 x 25 cm Collection de l’artiste

La main solaire

La main solaire

1958 - 1970 - Sculpture

63 x 40 x 12 cm Collection particulière

Naissance

Naissance

1958 – 1974 - Sculpture

55 x 80 x 30 cm Collection Baer, Zurich

Baptistère

Baptistère

1959 - Sculpture

Eglise paroissiale Saint-Michel de la Vallée au Blé

Fleur marine

Fleur marine

1959 - Sculpture

50 x 47 x 45 cm Collection Bertha Schaeffer

Le poisson

Le poisson

1959 - Sculpture

50 x 70 x 50 cm Musée de Skopje, Macédoine

Sphinx, petite version

Sphinx, petite version

1959 - Sculpture

45 x 12,5 x 5,5 cm Collection Carola Giedion-Welcker

Flèche

Flèche

1959 - Sculpture

200 x 25 x 20 cm Collection particulière

Ètude pour un phare encastré de Dauphine

Ètude pour un phare encastré de Dauphine

1959 - Sculpture

Dimensions inconnues Grand Palais, Paris 1959

Les mouettes

Les mouettes

1959 - Sculpture

27 x 49 x 76 cm Musée de l’Université d’économie de Stanford

Astre 1

Astre 1

1959 - 1960 - Sculpture

130 x 180 x 70 cm Musée National d’Art Moderne

Les oiseaux-flammes

Les oiseaux-flammes

1959 - 1961

200 x 140 x 130 cm Université de Stanford, USA

La victoire de Tassajara

La victoire de Tassajara

1959 - 1961 - Sculpture

200 x 250 x 130 cm Ministère des Finances

Méduse – grande version

Méduse – grande version

1959 - 1963 - Sculpture

110 x 75 x 65 cm Atelier de l’artiste

Astre 2

Astre 2

1959 – 1960 - Sculpture

130 x 230 x 100 cm Galerie Jeanne Bucher

Étoile de mer

Étoile de mer

1959 – 1960 - Sculpture

100 x 190 x 100 cm Musée d'art et d'histoire de Meudon

La fête

La fête

1959 – 1960 - Sculpture

100 x 190 x 70 cm Dallas Art Center

Méduse

Méduse

1959-1974 - Sculpture

66 x 46 x 42 cm Musée Cidonio, Carrara

La main fleurie

La main fleurie

1960 - Sculpture

50 x 11 x 10 cm Collection de la galerie Jeanne Bucher, Paris

Licorne

Licorne

1960 - Sculpture

55 x 90 x 45 cm Collection de la galerie Jeanne Bucher, Paris

Le grand oiseau

Le grand oiseau

1960 - Sculpture

180 x 263 x 70 cm Musée d'art et d'histoire de Meudon, collection particulière

Combat d’oiseaux

Combat d’oiseaux

1960 - Sculpture

180 x 100 x 125 cm Parc de Louveciennes

Les cyclopes

Les cyclopes

1960 - Relief

37 x 83 cm

L’apocalypse

L’apocalypse

1960 - Relief

14 x 28 x 1,5 cm Collection du baron Elie de Rothschild

La Création du Monde

La Création du Monde

1960 - Relief

31,5 x 60 cm

La Création du Monde, 1er jour : le ciel

La Création du Monde, 1er jour : le ciel

1960 - Relief

13 x 33 cm Collection de l’artiste

La Création du Monde – 5e jour

La Création du Monde – 5e jour

1960 - Relief

26 x 87 x 3 cm Collection de l’artiste

La Création du Monde – Les arbres

La Création du Monde – Les arbres

1960 - Relief

13 x 27 cm Collection particulière

Jardin Persan

Jardin Persan

1960 - Relief

13 x 33 cm Collection de l’artiste

Relief

Relief

1960 - Relief

13,5 x 40 x 1 cm

Grille

Grille

1960 - Relief

25 x 25 x 4 cm

Mur en laiton sur fond aluminium

Mur en laiton sur fond aluminium

1960 - Relief

70 x 19 x 3 cm Collection galerie Darthea Speyer, Paris

Le buisson ardent

Le buisson ardent

1961 - Sculpture

100 x 115 x 15 cm Collection de l’artiste

Le gardien du seuil

Le gardien du seuil

1961 - Sculpture

185 x 90 x 70 cm

L’Arbre de Vie

L’Arbre de Vie

1961 - Sculpture

268 x 70 x 165 cm Collection du Musée National d’Art Moderne, Paris

Sculpture dans un ranch au Colorado

Sculpture dans un ranch au Colorado

1961 - Sculpture

Grande fleur d’Aspen

Grande fleur d’Aspen

1961 - Sculpture

600 x 30 x 25 cm Installée dans le ranch de F. Benedikt à Aspen (Colorado), USA

Fleurs

Fleurs

1961 - Sculpture

Fontaine de Seattle

Fontaine de Seattle

1961 - 1962 - Fontaine

H: 550 cm Seattle Civic Center, USA

Relief au marteau

Relief au marteau

1961 - 1962 - Relief

25,5 x 58 x 2 cm Musée d'art et d'histoire de Meudon

Les stèles

Les stèles

1961 - 1962 - Sculpture

180 x 123 x 50 cm Parc de Louveciennes

Arbre-Mère

Arbre-Mère

1961 - 1962 - Sculpture

160 x 100 x 70 cm Musée d'art et d'histoire de Meudon

Projet de théâtre

Projet de théâtre

1961 - 1964 - Monument

Dimensions inconnues

Mères montagnes  II

Mères montagnes II

1961 - 1966 - Sculpture

190 x 120 x 75 cm

Fontaine de Fontana

Fontaine de Fontana

1961 – 1962 - Fontaine

Hauteur 20 m, 3 tonnes Fontana Cityhall, USA

La forêt de Tacoma

La forêt de Tacoma

1961 – 1966 - Sculpture

Hauteur moyenne : 250 cm Achat du musée de Seattle, donné au Science Building de Seattle

Fontaine des quatre saisons

Fontaine des quatre saisons

1961-1964 - Fontaine

5 x 11 x 11 m San Francisco, Golden Gate Way Park

Grande fleur I

Grande fleur I

1962 - Sculpture

330 x 40 x 20 cm Collection particulière

Grande fleur II

Grande fleur II

1962 - Sculpture

360 x 30 x 15 cm Collection de l’artiste

Grande fleur IV

Grande fleur IV

1962 - Sculpture

320 x 40 x 15 cm L.E.P. de Wingles (Pas-de-Calais)

Formation naturelle corrigée

Formation naturelle corrigée

1962 - Relief

225 x 97 x 6 cm Collection Antonin Stahly

Les mouettes

Les mouettes

1962 - Sculpture

Dimensions inconnues Collection de l’artiste

Fontaine

Fontaine

1962 - 1963 - Sculpture

800 x 90 x 55 cm Jardin de l’Université des Hautes études économiques internationales de Saint-Gall (Suisse)

La reine de Tacoma

La reine de Tacoma

1962 - 1964 - Sculpture

Sculpture scénique

Sculpture scénique

1962 - 1966 - Sculpture

16 x 30 x 11 cm

Décor pour les « Noces de sang » de Federico Garcia Lorca

Décor pour les « Noces de sang » de Federico Garcia Lorca

1962 -1975

23 x 41 x 18 cm

L’écho de la forêt

L’écho de la forêt

1963 - Sculpture

4 groupes de 35 éléments, 500 x 380 cm (chacun) Maison de la Radio, Paris

Arbre-échelle

Arbre-échelle

1963

Stèle Tacoma

Stèle Tacoma

1963 - 1964 - Sculpture

250 x 50 x 20 cm

Les grandes fleurs

Les grandes fleurs

1964 - Monument

Groupe de 13 mâts H. : 600 à 900 cm Jardin de la Maison des Jeunes et de la Culture de Colombes

Arbre méandre

Arbre méandre

1964 - Sculpture

H. : 900 cm Hampstead-Norreys (Berkshire, Angleterre) – Collection Lady Norton

Signal

Signal

1964 - Monument

H. : 930 cm Centre commercial de Hayward près de San Francisco (USA)

Projet de théâtre en plein air

Projet de théâtre en plein air

1964 - 1965 - Monument

25 x 145 x 129 cm

Envol constellation

Envol constellation

1964 – 1965 - Sculpture

7 mâts H. 300 à 700 cm x 80 x 50 cm Collection de l’artiste – Détruit en partie

Fontaine du Point du Jour

Fontaine du Point du Jour

1964 – 1965 - Fontaine

700 x 150 x 100 cm 1 tonne Ensemble résidentiel du Point-du-Jour à Boulogne-Billancourt

L’été de la forêt

L’été de la forêt

1964 – 1966 - Monument

4 x 8 x 12 m Galerie 54, Friche de l'Escalette, Marseille, France

Arbre échelle

Arbre échelle

1964 – 1966 - Monument

310 x 50 x 40 cm

Petit Neptune

Petit Neptune

1964 – 1968 - Sculpture

58 x 24 x 20 cm

Arbre échelle

Arbre échelle

1964 – 1968 - Sculpture

350 x 80 x 60 cm Collection du musée de Frauenfeld (Suisse)

Desert Valley

Desert Valley

1965 - Sculpture

H. : 400 cm Collection Victor Zürcher

Palo Alto

Palo Alto

1965 - Sculpture

H. : 350 cm Parc de l’Université de Stanford, USA

Le chateau

Le chateau

1965 - Sculpture

H. 350 cm Collection Victor Zürcher

Labyrinthe

Labyrinthe

1965 - Labyrinthe

9 x 173 x 52 cm

La réunion

La réunion

1965 - 1966 - Monument

450 x 150 x 150 cm Ville de Constance, Allemagne

L’araignée de mer

L’araignée de mer

1965 - 1974 - Sculpture

80 x 70 x 75 cm Collection de l’artiste à Meudon

La pyramide

La pyramide

1965 – 1966 - Sculpture

293 x 125 x 80 cm Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, Paris

Arbre méandre I

Arbre méandre I

1965 – 1966 - Sculpture

780 x 70 x 35 cm Banque Itau de Sao Paulo, Brésil

Petit granit

Petit granit

1965 – 1966 - Sculpture

50 x 110 x 52 cm Musée de l’Annonciade, Saint-Tropez

Etude pour le Labyrinthe de Jussieu Projet n°1

Etude pour le Labyrinthe de Jussieu Projet n°1

1965 – 1966 - Labyrinthe

10 x 130 x 56,5 cm Musée d’Art et d’Histoire de la Ville de Meudon

Labyrinthe, projet pour un bassin

Labyrinthe, projet pour un bassin

1965 – 1966 - Labyrinthe

16,5 x 70 x 53 cm

Labyrinthe de Jussieu

Labyrinthe de Jussieu

1965 – 1968 - Labyrinthe

5 x 10 x 30 m Faculté des Sciences de Jussieu, Paris

Colonne

Colonne

1965-1966 - Monument

H. : 530 cm Place de l’Art Center de Dallas, USA

La ville imaginaire

La ville imaginaire

1966 - Relief

33 x 70 x 2,5 cm Collection Musée d’Art et d’Histoire de la Ville de Meudon

Projet de fontaine pour l’Université de Madagascar

Projet de fontaine pour l’Université de Madagascar

1966 - Fontaine

Hauteur prévue : 25 m

Colonne torsadée

Colonne torsadée

1966 - 1967

400 x 40 x 30 cm

Delta

Delta

1966 - 1968 - Sculpture

190 x 120 x 50 cm Lycée technique du Plessis-Robinson

Arbre méandre

Arbre méandre

1966 - 1969 - Monument

700 x 100 cm

Mur relief

Mur relief

1966 - 1975 - Monument

2,50 x 60 m

Neptune II (grande version)

Neptune II (grande version)

1967 - 1968 - Sculpture

250 x 80 x 80 cm Parc Paumier à Meudon

Neptune I

Neptune I

1967 - 1968 - Sculpture

250 x 80 x 80 cm Versailles - Espace de jeux de l’immeuble de la caisse des dépôts

Fontaine du Parc Floral

Fontaine du Parc Floral

1967-1968 - Fontaine

11 x 30 x 16 m Paris, Vincennes

Hydra I

1968 - Sculpture

270 x 240 x 250 cm

Sculpture scénique

Sculpture scénique

1968 - Sculpture

20 x 30 x 18 cm

Théâtre en plein air du Crestet

Théâtre en plein air du Crestet

1968 - Monument

Dimensions inconnues

Sculpture

Sculpture

1968

Dimensions inconnues

Fontaine

Fontaine

1968 - 1970 - Fontaine

450 x 180 x 120 cm

Colonne à cinq pas ou Colonne croissante

Colonne à cinq pas ou Colonne croissante

1968 - 1975 - Sculpture

350 x 25 x 26 cm Collection Darthea Speyer, Paris

Horus

Horus

1968 - 1982 - Sculpture

Hauteur : 230 cm Collection de l’artiste, Meudon

Colonne d’eau

Colonne d’eau

1968 – 1974 - Fontaine

395 x 23 x 16 cm Collection de l’artiste à Meudon

La table

La table

1969 - Sculpture

90 x 230 x 150 cm Paris, Centre George Pompidou

Neptune II

Neptune II

1969 - Sculpture

120 x 50 x 60 cm Musée de la Sculpture en plein air, Paris

Petite Hydra

Petite Hydra

1969 - Sculpture

65 x 35 x 38 cm

Fontaine

Fontaine

1969 - Fontaine

H. max. : 600 cm

Ville imaginaire I

Ville imaginaire I

1969 - 1973  - Sculpture

21 x 29 x 30 cm Collection de l’artiste, Meudon

Ville imaginaire II

Ville imaginaire II

1969 - 1973 - Sculpture

22 x 25 x 27 cm Collection de l’artiste, Meudon

Jardin labyrinthique d’Albany

Jardin labyrinthique d’Albany

1969 - 1974 - Labyrinthe

10 x 100 x 40 m Albany, USA - Empire Sate Plaza

Empreinte de doigt

Empreinte de doigt

1970 - Sculpture

11 x 7 x 7 cm Collection Francis et Marie-José Villadier, Meudon

Sculpture aux deux becs

Sculpture aux deux becs

1970 - Sculpture

Dimensions inconnues

Sarcophage

Sarcophage

1970 - Sculpture

15 x 25 x 5 cm

La grande cheminée du Front de Seine

La grande cheminée du Front de Seine

1970 - 1971 - Monument

135 x 8 x 4 m

Fontaine

Fontaine

1970 - 1971 - Fontaine

480 x 200 x 180 cm

Le portique des gémeaux

Le portique des gémeaux

1970 - 1973 - Monument

310 x 255 x 310 cm Parc forestier du Crestet

Croix

Croix

1970 - 1974 - Relief

170 x 120 x 14 cm

Sculpture au bec

Sculpture au bec

1970 - 1979 - Sculpture

30 x 17x 14 cm Collection particulière

Colonne à trois pas

Colonne à trois pas

1971 - 1973 - Sculpture

340 x 35 x 30 cm

Hydra

Hydra

1971 - 1974 - Sculpture

110 x 60 x 60 cm

Le grand hibou

Le grand hibou

1971 - 1974 - Sculpture

20 x 11 x 10,5 cm

Le petit hibou

Le petit hibou

1971 - 1974 - Sculpture

14 x 7,5 x 7,5 cm

Les cinq stèles

Les cinq stèles

1971 - 1975 - Sculpture

91 x 115 x 50 Friche de l'Escalette

Petits gémeaux au signe de la Croix

Petits gémeaux au signe de la Croix

1972 - Sculpture

8 x 5 x 4 cm Collection de l’artiste

Le mille-pattes

Le mille-pattes

1972 - Sculpture

280 x 150 x 130 cm

Projet pour une sculpture monumentale

Projet pour une sculpture monumentale

1972 - Monument

60 x 50 x 50 cm

Jardin labyrinthe

Jardin labyrinthe

1972 - 1973 - Monument

H. 460 à 30 cm

Les mois de l’année

Les mois de l’année

1972 - 1974 - Monument

H. 160 à 250 cm Poids : 600 à 2500 Kg Cours de Justice Européenne, Luxembourg

Janvier

Janvier

1972 - 1974 - Monument

210 x 62 x 49 cm

Février

Février

1972 - 1974 - Sculpture

200 x 62 x 57,5 cm Cours de Justice Européenne, Luxembourg

Mai

Mai

1972 - 1974 - Monument

170 x 85 x 83 cm

Juin

Juin

1972 - 1974 - Monument

173 x 83 x 81 cm

Juillet

Juillet

1972 - 1974 - Monument

245 x 120 x 112 cm Cours de Justice Européenne, Luxembourg

Aout

Aout

1972 - 1974 - Monument

245 x 113 x 110 cm

Aout

Aout

1972 - 1974 - Sculpture

20 x 11 x 11 cm Musée de Meudon

Sans titre

Sans titre

1972 - 1975 - Monument

H. : 360 à 500 – L. : 600 cm – P. : 600 cm

Les mois de l’année

Les mois de l’année

1972-1974 - Sculpture

H: 170 à 245 cm Tribunal européen Luxembourg

Le Totem

Le Totem

1973 - Monument

h : 350 cm Faculté des lettres, Pau

Grande fleur d’Arizona

Grande fleur d’Arizona

1973 - Sculpture

355 x 25 x 14 cm

Les portiques

Les portiques

1973 - 1974 - Sculpture

18 x 24 x 66 cm

Sans titre

Sans titre

1973 - 1980 - Sculpture

250 x 60 x 60 cm

Décoration

Décoration

1973 – 1974 - Sculpture

Dimensions inconnues

Stèles Rämibhül

Stèles Rämibhül

1973 – 1975 - Sculpture

H. 250 à 300 cm Diamètre des éléments: 30 à 60 cm

Le grand aimant (grande version)

Le grand aimant (grande version)

1974 - Monument

250 x 150 x 150 cm Institut Universitaire de Technologie de Rennes-Beaulieu

Sculpture à double bec

Sculpture à double bec

1974 - 1979 - Sculpture

33 x 12 x 21 cm Collection Bourut, Saint-Germain-en-Laye

Le grand aimant (version moyenne)

Le grand aimant (version moyenne)

1975 - Sculpture

58 x 40 x 35 cm

Aimant renversé

Aimant renversé

1975 - Sculpture

19,5 x 11,5 x 11 cm

Sans titre ou Pantin

Sans titre ou Pantin

1975 - 1976 - Sculpture

35 x 35 x 35 cm

Les quatre vents de la mer

Les quatre vents de la mer

1975 - 1976 - Monument

100 x 100 x 100 cm Ville de Cadaquès

Sculpture au bec

Sculpture au bec

1975 - 1979 - Fontaine

H: 450 cm Collection privée

Fontaine de Baveno

Fontaine de Baveno

1975 - 1979 - Fontaine

H. : 450 cm

Les gémeaux

Les gémeaux

1975 - 1980 - Sculpture

12 x 7 x 7 cm Collection de l’artiste, Meudon

Chaine ou Flèche torsadée

Chaine ou Flèche torsadée

1976 - Sculpture

200 x 28 x 23 cm

Patinoire

Patinoire

1977 - Monument

270 x 850 x 850 cm

Fleurs de feu

Fleurs de feu

1977 - Relief

65 x 61 cm

Stèle noire  I

Stèle noire I

1977 - Sculpture

20 x 13,5 cm

Stèle noire  II

Stèle noire II

1977 - Sculpture

13,6 x 12,5 cm

Paysage scénique I

Paysage scénique I

1977 - Relief

23 x 22 cm

Envol d’essaim

Envol d’essaim

1977 - Relief

33 x 23 cm

Site solaire

Site solaire

1977 - 1979

21,5 x 16 cm

Petite pyramide

Petite pyramide

1977 - 1979 - Relief

7 x 12,5 cm

Ile avec port

Ile avec port

1977 - 1979 - Relief

17 x 12,5 cm Collection générale de la Monnaie

Mur des cyclopes

Mur des cyclopes

1977 - 1980 - Relief

17 x 12 cm

Venus creuse

Venus creuse

1978 - Sculpture

23 x 12 x 8 cm Collection docteur Sabine Kruger-Sybrecht, Dortmund

Cuzco

Cuzco

1978 - Sculpture

15 x 11 x 6 cm

Fragment processionnel

Fragment processionnel

1979 - Relief

17 x 12,5 cm

Paysage scénique II

Paysage scénique II

1979 - 1980 - Relief

22,5 x 22 cm

Les gémeaux

Les gémeaux

1980 - Sculpture

43 x 31 x 31 cm

Kito – deuxième version

Kito – deuxième version

1988

18 x 21 x 16 cm Collection particulière

Fermer

Contacter le comité François Stahly

Le Comité François Stahly créé en 2001, a pour vocation de contribuer au rayonnement de l’œuvre du sculpteur et d’assurer la défense du droit moral sur son œuvre.

  • plus (+)
  • moins (-)
  • =
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Fermer

Mentions légales

Merci de lire attentivement les présentes modalités d'utilisation du présent site avant de le parcourir. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserve les présentes modalités.

Responsable éditorial
Antonin Stahly ?
Comité Stahly
Adresse
E-mail de contact
France

Hébergeur
OVH
2 Rue Kellermann, 59100 Roubaix
France
09 72 10 10 07
Editeur du site
åbility
Expérience design studio
Paris | France
bonjour@ability.paris
ability.paris

Conditions d’utilisation
Le site accessible par les url suivants : www.site-internet-qualite.fr est exploité dans le respect de la législation française. L’utilisation de ce site est régie par les présentes conditions générales. En utilisant le site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de ces conditions et les avoir acceptées. Celles-ci pourront êtres modifiées à tout moment et sans préavis par le comité Stahly.
Le comité Stahly ne saurait être tenu pour responsable en aucune manière d’une mauvaise utilisation du service.

Limitation de responsabilité
Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possibles et le site est périodiquement remis à jour, mais peut toutefois contenir des inexactitudes, des omissions ou des lacunes. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, action déclenchante, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …).

Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’utilisateur et sous sa seule responsabilité. En conséquence, le comité Stahly ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’utilisateur ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement.

Les photos sont non contractuelles.

Les liens hypertextes mis en place dans le cadre du présent site internet en direction d’autres ressources présentes sur le réseau Internet ne sauraient engager la responsabilité du comité Stahly.

Litiges
Les présentes conditions sont régies par les lois françaises et toute contestation ou litiges qui pourraient naître de l’interprétation ou de l’exécution de celles-ci seront de la compétence exclusive des tribunaux dont dépend le siège social du comité Stahly. La langue de référence, pour le règlement de contentieux éventuels, est le français.

Droit d’accès
En application de cette loi, les internautes disposent d’un droit d’accès, de rectification, de modification et de suppression concernant les données qui les concernent personnellement. Ce droit peut être exercé par voie postale auprès de le comité Stahly (adresse) ou par voie électronique à l’adresse email suivante : email de contact.
Les informations personnelles collectées ne sont en aucun cas confiées à des tiers hormis pour l’éventuelle bonne exécution de la prestation commandée par l’internaute.

Confidentialité
Vos données personnelles sont confidentielles et ne seront en aucun cas communiquées à des tiers hormis pour la bonne exécution de la prestation.

Propriété intellectuelle
Tout le contenu du présent site, incluant, de façon non limitative, les graphismes, images, textes, vidéos, animations, sons, logos, gifs et icônes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive du comité Stahly à l’exception des marques, logos ou contenus appartenant à d’autres sociétés partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l’accord exprès par écrit du comité Stahly. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.3335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des Contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.

Le comité Stahly est identiquement propriétaire des « droits des producteurs de bases de données » visés au Livre III, Titre IV, du Code de la Propriété Intellectuelle (loi n° 98-536 du 1er juillet 1998) relative aux droits d’auteur et aux bases de données.

Les utilisateurs et visiteurs du site internet peuvent mettre en place un hyperlien en direction de ce site, mais uniquement en direction de la page d’accueil, accessible à l’URL suivante : www.site-internet-qualite.fr, à condition que ce lien s’ouvre dans une nouvelle fenêtre. En particulier un lien vers une sous page (« lien profond ») est interdit, ainsi que l’ouverture du présent site au sein d’un cadre (« framing »), sauf l’autorisation expresse et préalable du comité Stahly.

Pour toute demande d’autorisation ou d’information, veuillez nous contacter par email : e-mail de contact. Des conditions spécifiques sont prévues pour la presse.

Conditions de service
Ce site est proposé en langages HTML5 et CSS3, pour un meilleur confort d’utilisation et un graphisme plus agréable, nous vous recommandons de recourir à des navigateurs modernes comme Safari, Firefox, Chrome,…

Informations et exclusion
Le comité Stahly met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de ses sites internet. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations auprès du comité Stahly, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. Le comité Stahly n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

Cookies
Pour des besoins de statistiques et d’affichage, le présent site utilise des cookies. Il s’agit de petits fichiers textes stockés sur votre disque dur afin d’enregistrer des données techniques sur votre navigation. Certaines parties de ce site ne peuvent être fonctionnelle sans l’acceptation de cookies.

Liens hypertextes
Les sites internet du comité Stahly peuvent offrir des liens vers d’autres sites internet ou d’autres ressources disponibles sur Internet.

Le comité Stahly ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec ses sites internet. Le comité Stahly ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Elle ne peut être tenue pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

Les utilisateurs, les abonnés et les visiteurs des sites internet du comité Stahly ne peuvent mettre en place un hyperlien en direction de ce site sans l’autorisation expresse et préalable du comité Stahly.

Dans l’hypothèse où un utilisateur ou visiteur souhaiterait mettre en place un hyperlien en direction d’un des sites internet de le comité Stahly, il lui appartiendra d’adresser un email accessible sur le site afin de formuler sa demande de mise en place d’un hyperlien. le comité Stahly se réserve le droit d’accepter ou de refuser un hyperlien sans avoir à en justifier sa décision.

Recherche
En outre, le renvoi sur un site internet pour compléter une information recherchée ne signifie en aucune façon que le comité Stahly reconnaît ou accepte quelque responsabilité quant à la teneur ou à l’utilisation dudit site.

Précautions d’usage
Il vous incombe par conséquent de prendre les précautions d’usage nécessaires pour vous assurer que ce que vous choisissez d’utiliser ne soit pas entaché d’erreurs voire d’éléments de nature destructrice tels que virus, trojans, etc….

Responsabilité
Aucune autre garantie n’est accordée au client, auquel incombe l’obligation de formuler clairement ses besoins et le devoir de s’informer. Si des informations fournies par le comité Stahly apparaissent inexactes, il appartiendra au client de procéder lui-même à toutes vérifications de la cohérence ou de la vraisemblance des résultats obtenus. Le comité Stahly ne sera en aucune façon responsable vis à vis des tiers de l’utilisation par le client des informations ou de leur absence contenues dans ses produits y compris un de ses sites Internet.

François Stahly

Les Stahly à Bellevue

Retour
Les Stahly à Bellevue

Les Stahly à Bellevue

1949. François Stahly et sa femme Claude, cherchent à se rapprocher de Paris. Depuis 1945, ils vivent à Mortagne-au-Perche avec leurs trois enfants, près de leur ami le sculpteur Etienne Martin. Ayant quitté Paris depuis près de dix ans, ils sentent le besoin de renouer les liens avec le monde artistique de la capitale.
Le collectionneur Henri-Pierre Roché leur signale un terrain à vendre à quelques pas de sa maison à Sèvres. C’est un verger comme il y en a encore beaucoup à Meudon : cerisier, pommiers, poiriers, abricotiers côtoient, de l’autre côté d’un muret, un jardin potager dit « le grand champ » qu’ils achèteront plus tard, où pommes de terre et artichauts sont encore cultivés. Dans un petit pré sauvage, les pissenlits.
Sur le terrain, une ancienne orangerie couverte de voûtains de briques, percés de trois lucarnes. On y entreposait les arbres en pots durant l’hiver, du temps du château de Bellevue. Au sol, la terre battue, une cage à lapins. Sur le côté, une remise où le jardinier entrepose ses outils. Il n’y a ni eau ni électricité, ce n’est pas un obstacle insurmontable.
Les amis le traitent de fou, s’exiler si loin de Paris « personne ne viendra te voir! ». Le train à vapeur, direct de Montparnasse s’arrête à Bellevue. Dès l’aube sortent des centaines d’ouvriers qui descendent la colline du Brimborion pour regagner les usines Renault sur l’île Seguin. Une activité bruyante et laborieuse se développe dans le bas-Meudon. Auguste Rodin a marqué la ville de sa présence, il avait installé son atelier sur le coteau au dessus du viaduc. Au fil du temps, les sculpteurs ont vu la possibilité de travailler dans ces lieux de campagne sans créer de nuisances sonores.

Stahly avec Henri-Pierre Roché

Stahly à l’oeuvre : la sculpture d’atelier

N’ayant pas le premier sou, les Stahly hésitent de se lancer dans l’aventure. C’est alors que Henri-Pierre Roché propose d’acheter une grande sculpture : ce sera « Métamorphose ». Pour le reste, il fait appel à ses amis en Suisse.

Epaulés par leur entourage, les Stahly sautent le pas : en attendant de rendre les lieux habitables, d’installer l’eau et l’électricité, les deux aînés sont confiés à la famille. La petite dernière restera auprès de sa mère. Elles seront hébergées chez leurs amis Roché, Stahly les rejoindra plus tard.
Tout ce que contenait son atelier à Mortagne est entreposé dans l’orangerie : plusieurs sculptures, certaines à peine ébauchées, « L’ange », le « Paysage », un « Neptune » tout juste esquissé, et contre le mur du fond, un bois qui deviendra peut-être « Eclosion » ou « Croissance » ? Sur la terre battue, de larges planches en bois, des sacs de plâtre et de ciment. Sur les briques empilées, une

planche où sont posés les outils : bouteilles d’huile de lin, entonnoirs, boîtes de conserve destinées à divers usages, pinceaux, une masse ; sur la sellette la pierre à aiguiser baigne dans l’eau, suspendus au mur : spatules, limes, pinces, compas et ciseaux de toutes tailles. On ne commence pas une nouvelle vie, on la poursuit.

(…) une parcelle que nous avions prise en considération est encore à vendre. Cette dernière est bien située et a l’avantage d’avoir une petite construction avec deux petites pièces dans le jardin ainsi qu’une orangerie qui pourrait être aménagée en atelier.
« … Claude a trouvé au lycée de Sèvres un poste de professeur de travaux manuels, et spécialement pour des reliures. Ce lycée est le premier institut français de pédagogie travaillant avec des méthodes modernes. C’est grâce à son diplôme de l’académie de Paris qu’elle a reçu ce poste. »« Je ne sais pas encore si nous voulons risquer la chose. » (lettre du 24 septembre 1949, extrait)

Métamorphose
1945-1950
photo Marc Vaux

Les amis viennent donner un coup de main.
Dans l’orangerie, ils construisent une première soupente avec les matériaux de récupération, il y a un chantier un peu plus haut, on va chercher les chutes : poutres, planches, baguettes, tout peut servir! Entre l’orangerie et la remise le maçon pose un toit, monte les murs en briques d’un côté et de l’autre, pose un châssis vitré. Le plâtrier, passe la truelle sur la brique, ce sera la cuisine. La maison prend forme, on fait avec les moyens du bord.
La famille vient voir les progrès des travaux. Il fait beau ce jour-là, les filles sont envoyées dans « le grand champ » pour y cueillir une salade de pissenlits. Le dimanche, on va ramasser les châtaignes dans la forêt en haut de l’avenue du 11 novembre, ce sera le dîner du soir, décortiquées et trempées dans le bol de chicorée, c’est la fête ! Parfois, Claude fait un bircher-muesli, avec ça, les estomacs sont bien calés. Ainsi se déroulent les premiers temps à Bellevue.

Avec François Stahly, les relations sont simples et gentiment amicales. L’aider à poser le parquet de sa nouvelle demeure à Meudon un dimanche, c’est d’abord une merveilleuse expérience d’artisanat sous sa direction, dans la continuité de ce que Bissière avait commencé à m’apprendre, au cours de mes séjours à Boissiérettes. (« Souvenirs », Jean-François Jaeger, directeur de la galerie Jeanne Bucher, extrait).

L’atelier dans l’orangerie

A peine les parents et les enfants réunis et logés, Stahly construit son atelier au fond du jardin, déménage ses sculptures.

L’atelier au fond du jardin

Claude peut installer son atelier de reliure dans l’orangerie. Elle avait acquis une reconnaissance parmi les relieurs et les bibliophiles, en renouvelant le décor du livre.
Dans la grande pièce, elle dresse trois grands bacs et fait elle-même les papiers pour la parure. On les voit sécher sur les fils tendus entre les deux soupentes. Les peaux sont rangées dans un grand meuble à tiroirs. La grosse presse en fonte, le cousoir, les couteaux à parer, les poinçons, le plioir, les outils prennent place dans la pièce de travail.
Les livres qui lui sont confiés sont des originaux illustrés par les plus grands artistes. Elle créa dans ces années d’après guerre, près d’une centaine de reliures uniques pour la collection privée du bibliophile Aimé Maeght, collectionneur et galeriste.

Claude dans son atelier de reliure
photo Paul Facchetti

1953. « Le Serpent de feu » en plâtre fait son apparition. Posé sur quelques parpaings, il circule ici et là, cherchant sa place dans l’espace dégagé du jardin. Il s’élance comme un animal préhistorique d’une légèreté inaccoutumée et fait penser à « L’ange » qui se serait couché. Il est fluide, ne demande qu’à sauter sur sa proie. Puis un jour, il se fige : après quelques temps d’absence, il revient en bronze et disparait à nouveau. Acheté par le Fonds Régional d’Art Contemporain en 1982, il est aujourd’hui au Musée d’art et d’histoire à Meudon.

Le Serpent de feu
Plâtre

Stahly dispose de ses sculptures sans se douter que pour nous autres, elles habitent le jardin et que leur disparition les rendent étrangement vivantes comme tous ces jeunes artistes qui viennent des quatre coins du monde travailler là un temps et repartent sans qu’on ne les voit plus. Ainsi allait la vie, d’apparitions en disparitions.

Les flammes
jardin à Bellevue

Le chateau de larmes

1958. Sur le terrain dit « grand champ », acheté en 1955, Stahly envisage de construire un plus grand atelier. Encore une fois, ses amis le soutiennent. Ubald Klug, jeune architecte venu de Zürich, dessine les plans. L’ami Jean Prouvé étudie la toiture selon un procédé innovant. Des étudiants en quête de travail, les rejoignent. Son fils Bruno débauche ses camarades des Beaux-Arts, quand le chantier bat son plein. Tous les bras sont mobilisés : terrassements, manutentions de matériaux, les uns creusent, les autres montent les parpaings. Et quand il s’agit de faire la pause, on se serre autour de la table familiale.
Willi Blattmann, l’ami de jeunesse, profite d’un séjour à Paris pour venir voir la famille. Il a apporté son violon et le matin au réveil, on peut entendre, les notes s’élever au milieu des chants d’oiseaux. La porte donnant sur la rue est ouverte, les visiteurs finissent souvent par prendre la pelle ou la bêche pour dégager la terre, gâcher le ciment!

A l’automne, la construction est terminée, Stahly n’attend pas les finitions : les sculptures en cours migrent de l’atelier du fond. Il entrepose les grands bois, ils déborderont bientôt dans le jardin où il sculptera les premières sculptures monumentales.
Plusieurs jeunes artistes restent à demeure. Ils travailleront sur « Le labyrinthe » de la Faculté des sciences à Paris et formeront le noyau de « l’atelier collectif », projet mûri au cours de cette première expérience.
Certains soirs, dans une atmosphère recueillie, ceux qui en ont le désir viennent dessiner. Le visages changent, c’est un temps ouvert et de partage.

Dans le travail d’un groupe, l’organisation des formes choisies selon certaines directions plus ou moins arbitraires peut, grâce à une certaine qualité d’attention communicative, se partager. L’oeuvre s’oriente alors vers certaines vibrations justes, se précise, et l’expression latente s’impose à un groupe de travailleurs comme une évidence indiscutable. Il suffit alors d’une petite indication pour électriser un groupe dans le même courant de sensibilité. C’est à partir de telles constatations que j’avais essayé de donner à l’atelier collectif de Meudon une structure invisible.
Certains soirs, dans une atmosphère recueillie, ceux qui en ont le désir viennent dessiner. Le visages changent, c’est un temps ouvert et de partage.

Stahly sculptant La victoire de Tassajara
photo Leni Iselin

Lors de la réalisation d’un ensemble résidentiel dans le parc de Louveciennes par les architectes Herbé et Lecouteur, Stahly est alerté par ses amis : plusieurs arbres ont été coupés et les racines dessouchées vont être évacuées. Sans hésiter, il fait transporter un grand nombre d’entre elles dans atelier. « Astre », « L’étoile de mer », « Le grand oiseau », « La victoire de Tassajara » prennent forme au cours d’un travail sans relâche. « Le combat d’oiseaux » sera coulé en bronze et placé dans le parc. Ces sculptures seront exposées lors de la grande rétrospective du Musée des Arts décoratifs, en 1966 à Paris.

1964. Dans le jardin, Stahly s’attelle à un grand ensemble : « L’été de la forêt ». Il se sent libre de mener ce projet sans avoir à répondre à une commande.
La sculpture sera achetée par Nelson Rockefeller et placée dans son parc privé, aux Etats-Unis. Elle se trouve aujourd’hui dans « La friche de l’Escalette », parc de sculptures et d’architecture près de Marseille.

Stahly a nourri le désir « romantique » que sculpture et architecture deviennent un tout, mais après quelques tentatives, il constate que sa sculpture perd sa véritable identité et ne devient qu’objet décoratif. Il prend alors la décision de créer une oeuvre monumentale sculptée directement dans la grande dimension. Après une lente maturation s’étendant sur plusieurs années, c’est dans le jardin de ses ateliers de Bellevue, sans répondre à une commande, sans budget à gérer, qu’il va créer, dans un îlot de paix « L’été de la forêt ». Inspiré des souvenirs des vastes forêts découvertes dans le nord-ouest américain, Stahly donne à l’oeuvre cette « respiration authentique » qui en fera l’une de ses sculptures majeures. C’est un lieu de paix, de méditation, empreint d’une forte présence cosmique, comme si chaque élément sculpté dissimulait des esprits bienfaisants, et protecteurs de cet espace. La remarquable porte monumentale invite et dissuade à la fois à franchir le seuil de crainte d’en profaner le caractère sacré. Ce lieu invite à la communion dans la résurgence d’un art non oublieux de ses origines terriennes, transposant en métaphores et symboles, ses sources naturelles. (Pierre Mougin)

L’été de la forêt dans le jardin de Bellevue
photo Leni Iselin

Plusieurs grands travaux aux Etats-Unis

Rencontrée dans les années 1950 Darthea Speyer, attachée culturelle à l’ambassade des Etats-Unis à Paris, devient une amie intime de la famille. Elle suit de près le travail de Stahly et lui achète « Eclosion ». En 1960, elle l’introduira auprès du monde artistique de New York. Pendant près de douze ans, Claude et lui vont faire plusieurs séjours aux Etats-Unis. Alors que Claude se fait connaître par ses collages et les premières tapisseries, il y réalisera quelques grandes commandes. La « Fontaine du Golden Gate » à San Francisco, la « Fontaine » et la « Forêt de Tacoma » à Seattle, sont parmi les plus remarquables.
« Le Jardin Labyrinthique », commande de l’Etat de New-York pour la capitale administrative à Albany, a été réalisé dans les ateliers qu’il venait de construire à Crestet.

Le grand portique d’Albany devant l’atelier du Crestet

Il y avait dans l’atelier au fond du jardin une pièce minuscule tapissée de frisette. Lorsque la porte était fermée, nous savions qu’il ne fallait pas déranger mon père, il écrivait. Des articles sur l’actualité artistique, la question du rapport de la sculpture avec l’architecture, des portraits d’artistes, ses réflexions sur le sens de la sculpture dans le monde contemporain et de manière très suivie, une correspondance avec sa famille et ses amis.
Dans des cahiers d’écolier il a raconté son enfance et sa jeunesse en Suisse, ses rencontres qui l’on marqué et dans des petits carnets, toutes sortes de notes sur les pensées qui le traversaient.
Parfois je m’interroge : il me semble que l’écriture ait tenu un grand rôle dans sa vie, peut-être aussi important que la sculpture. Mais ceci est une autre question!

Catherine Stahly Mougin

Friche de l’Escalette à Marseille, du 1er Juillet au 31 Août 2020

Friche de l’Escalette à Marseille, du 1er Juillet au 31 Août 2020
Découvrir

Le Crestet, un atelier collectif en pleine nature dans le Vaucluse, témoignage de Bruno Stahly

Le Crestet, un atelier collectif en pleine nature dans le Vaucluse, témoignage de Bruno Stahly
Découvrir

Index des œuvres

Voir l'index